Le Cycle d’Alamänder #1 la porte des abysses – Alexis Flamand

19
La porte des abysses est le premier tome de la trilogie fantasy Le Cycle d’Alamänder écrite par l’auteur français Alexis Flamand. Publié chez Léha Éditions, vous trouverez ce roman au prix de 19 euros.
Je remercie Léha Éditions et la Masse Critique de Babélio pour ce service presse.

Jonas Alamänder n’est pas vraiment un mage chanceux. Détective de profession, il perd sa maison du jour au lendemain, confisquée par le royaume d’à côté. En compagnie des deux soldats venus lui annoncer la nouvelle ainsi que son démon de compagnie Retzel, Jonas se rend à Fresnel, capitale de Kung Bhor, afin de plaider sa cause. Il se rend vite compte qu’on l’a bien eu et se retrouve à devoir enquêter sur une affaire qui le dépasse. En parallèle à Jonas, le lecteur suit Maek, un garçon issu de la classe paysanne qui se met en quête de la mythique école des assassins T’sank.

Avant d’aller plus loin, sachez que ma lecture a été en demi-teinte. Je vous invite donc à consulter l’avis des Chroniques du Chroniqueur sur ce roman afin d’en avoir un aspect vraiment positif. Il n’est d’ailleurs pas le seul à l’avoir apprécié et c’est cette chronique qui m’avait donné envie de commencer cette saga. Si j’en parle sur le blog, c’est pour deux raisons : la première, il s’agit d’un service presse pour lequel l’éditeur m’a envoyé un roman papier donc c’est la moindre des choses que de le lire jusqu’au bout et d’en écrire un retour argumenté même si j’ai eu du mal à me passionner pour son contenu. La seconde, c’est que ce roman n’est pas mauvais du tout. Il ne correspond juste pas (ou plus?) à mes goûts.

Mon premier reproche, c’est sa longueur. 544 pages ce n’est pas si gros et je ne dédaigne pas les pavés (on en parle de Bohen, d’Olangar, de l’Empire du Léopard, bref de Critic en général? ) mais j’ai trouvé que ce premier tome souffrait de longueurs. Pas parce que l’auteur donne dans la redondance (ça change) mais parce qu’il s’éparpille. Je trouve ça dommage surtout qu’il s’agit de la troisième édition du texte (d’abord chez l’Olibrius Céleste puis chez l’Homme sans Nom et enfin chez Léha). C’est peut-être à double tranchant. Cette version a été retravaillée (je suppose?) mais l’auteur a probablement voulu rajouter trop d’éléments. Je serai curieuse de comparer les trois éditions pour me faire une idée. Il est possible que je me trompe totalement, ce ne sont que des conjectures.

Mais je m’égare. Alexis Flamand a créé un univers extraordinaire, hyper fourni, réfléchi jusque dans le moindre détail avec un bestiaire bien à lui et un humour qui m’a plus d’une fois tiré un sourire. On ne peut pas lui enlever ça. Hélas, il a envie d’en parler au lecteur, de son univers. Il a envie de tout expliquer, ce qu’on peut comprendre quand on a inventé autant. Sauf qu’il en dit trop, beaucoup trop. Entre les introductions sur les en-têtes de chapitre qui font très souvent une page pleine et les apartés au sein du texte pour les petites leçons de magie (un exemple parmi d’autres), l’action n’avance pas. Pour vous donner une idée précise de ce que je veux dire par là, Jonas commence son enquête autour de la page 260 donc presque à la moitié du roman. Beaucoup de lecteurs apprécient quand l’auteur prend son temps mais ce n’est pas mon cas. J’ai besoin de davantage d’action et de rythme pour me sentir concernée par ce que je lis et j’ai eu du mal à résister à la tentation de passer des pages. Il y a, je pense, d’autres moyens d’éclairer la lanterne du lecteur d’une manière plus subtile. Les choix de construction ne me convenaient pas en tant que lectrice.

Mon second reproche, ce sont les chapitres concernant Maek qui constituent une grosse part dans les longueurs susmentionnées. Je ne suis pas parvenue à m’intéresser à ce personnage ni à comprendre l’intérêt de nous retracer toute sa vie depuis le début. Bien entendu, on comprend des pans entiers de l’intrigue et du monde d’Alamänder via Maek mais c’est long, si long… Le roman aurait gagné à se concentrer uniquement sur Jonas même si je ne l’apprécie pas plus que cela en tant que protagoniste. J’ai un problème avec sa façon de traiter son familier (oui ça tient à pas grand chose) et son comportement un peu victime de manière générale. Par contre, Retzel est vraiment chouette comme personnage. Ce petit démon invoqué par erreur a été un bon compagnon de lecture. J’ai regretté qu’il disparaisse à certains moments, un peu trop longtemps à mon goût.

Pour ces deux raisons, j’ai vraiment peiné à lire ce roman et à avancer dedans. Je dois aussi préciser qu’en ce moment, je me tourne plus volontiers vers des textes « courts » même si je ne dédaigne pas les briques quand elles sont écrites par mes auteurs favoris donc ceci explique peut-être en partie mon sentiment. Je préfère être honnête. Pour ne rien arranger, la version du livre reçue par la poste était abîmée. Pas par le facteur (pour une fois…) mais à l’intérieur suite à un défaut d’imprimerie. Plusieurs pages et ce très régulièrement durant tout le livre ont une espèce de bande blanche en plein milieu où les lettres sont à peine imprimées si pas totalement effacées. Comme c’est étroit, ça cache entre trois et quatre lettres mais c’est vite devenu pénible et fatiguant à lire. Je pense que l’éditeur n’a pas vérifié le roman avant de me l’envoyer et je ne leur en tiens aucunement rigueur (parce qu’ils ont autre chose à faire qu’imaginer qu’une telle chose puisse arriver) toutefois ça a pu participer à l’effet général et à mon manque d’enthousiasme pour ce titre. Manque d’enthousiasme qui, je le répète, reflète des goûts purement personnels et ne sont en aucun cas lié aux qualités intrinsèques du texte.

Parce que, objectivement, la Porte des abysses a de nombreux points positifs. J’ai évoqué au-dessus l’extraordinaire world-building qui trahit le passé rôliste de l’auteur. On sent le soin qu’il a mis à tout régler, tout inventer et le texte fourmille de bonnes idées. J’ai été impressionnée par son imagination très complète qui couvre autant le bestiaire que la magie ou même l’architecture, les différentes civilisations et coutumes, etc. Tout ce qui touche à Kung Bhor tient du génie et le roi Ernst XXX est extra, je le guettais avec impatience. J’ai aussi apprécié l’humour d’Alexis Flamand. J’ai souri franchement à plus d’une reprise et ce n’est pas si facile d’écrire de la fantasy drôle sans devenir lourd. Bravo pour cela.

Pour résumer, la Porte des abysses, premier tome du Cycle d’Alamänder, n’est pas un roman qui me convient en tant que lectrice mais ça tient à une affinité personnelle. Ce texte a plusieurs qualités qui sauront séduire ses lecteurs entre un world-building impressionnant, des personnages secondaires tordus et de l’humour bien dosé, beaucoup y trouveront leur compte. Notez que la trilogie est complète chez l’éditeur donc n’hésitez pas à tester par vous même !

14 réflexions sur “Le Cycle d’Alamänder #1 la porte des abysses – Alexis Flamand

  1. D’accord avec toi sur la globalité de ton analyse même si je trouvais la partie de Maek pas inintéressante, et le texte est assez couillu comme proposer des céréales carnivores et le Worldbuilding est dingue comme tu le soulignes très bien. Mais voilà, on aurait pas craché sur 200 pages de moins. L’auteur détail tellement tout que finalement il n’y a plus vraiment beaucoup de place à l’imagination.
    Belle chronique nuancée comme toujours lorsque tu as moyennement apprécié.

  2. Pingback: La Porte des Abysses (Le Cycle d’Alamänder 1/3) – Alexis Flamand – L'épaule d'Orion – blog de SF

  3. Pingback: Le Cycle d’Alamänder, tome 1 : La Porte des Abysses (Alexis Flamand), une enquête magique en pays hostile – Évasion Imaginaire

  4. Pingback: BML #16 – octobre 2019 | OmbreBones

  5. Pingback: Le Cycle d’Alamander T1 : La Porte des Abysses, Alexis Flamand | L'Imaginaerum de Symphonie

  6. J’avoue que j’étais partagée aussi, et je ne sais toujours pas vraiment ce que je pense du cycle, mais le troisième tome fait que je n’ai absolument pas regretté ma lecture. Mais faut aller jusqu’au tome 3, quoi.

    • Sincèrement j’ai suffisamment de sagas et de romans à lire que pour m’imposer la lecture d’un cycle dont le premier tome n’a pas su me convaincre. Je n’avais plus eu aussi difficile à avancer dans un bouquin depuis longtemps, ça m’a vraiment pesé. Pas du tout pour moi quoi >< C'est dommage parce que j'ai lu de très bons retours, très enthousiastes mais voilà j'ai appris aussi à protéger mon plaisir de lecture et à ne plus lire un roman ou une suite si je n'en ai pas une réelle envie.

  7. Je l’ai acheté suite à la chronique de Feydrautha, et j’ai abandonné au bout de quelques dizaines de pages. C’est le world-/magic-building qui m’avait attiré, mais je n’ai pas du tout accroché à l’humour du texte, un peu trop délirant à mon goût. Cela n’en fait certainement pas un mauvais livre, mais en tout cas il n’était pas fait pour moi.

    Je voudrais, par ailleurs, moi aussi souligner l’excellence de ta critique : un sincère bravo pour la qualité de cet article !

    • Oui je pense que c’est un roman ou ça passe, ou ça casse, y’a pas d’entre deux possible. Et comme tu dis, ça n’en fait certainement pas un mauvais livre pour la cause. Il est juste adressé à un public plus « de niche ».
      Merci beaucoup pour ce compliment, je suis très touchée 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s