From End, le prix de la liberté #1 – Shimokitazawa Mitsuo

5
From End est le premier tome d’une trilogie manga scénarisée et dessinée par la mangaka Shimokitazawa Mitsuo. Publié chez Kana dans la collection Big Kana, vous trouverez ce shojo au prix de 6.85 euros.

From End raconte l’histoire de Shinomiya Rui, une jeune enseignante dynamique et motivée qui prend soin de ses élèves et est très populaire auprès d’eux. Elle s’inquiète particulièrement pour Hayase, solitaire qui lit beaucoup. Un soir, on l’appelle pour la prévenir que cet élève a commis un vol à l’étalage. Rui rencontre alors le père de son élève… qui l’a sexuellement abusée du temps où elle était au lycée, en plus d’avoir été son prof. Le cauchemar recommence et comme elle ne veut pas abandonner Hayase à son sort (lui aussi est devenu la victime de cet homme), elle va lui proposer un plan osé supposé leur apporter la liberté.

Ce manga est classé comme un shojo mais c’est un shojo différent de l’idée qu’on se fait habituellement du genre. Il ne parle pas d’une histoire d’amour sur fond d’école et n’est pas du tout naïf ni niais. Je pense que j’ai une image tronquée de ce genre puisque finalement, shojo signifie que le public de destination est féminin et jeune. Ce manga est toutefois conseillé à un lectorat de plus de 14 ans sur manga news, du coup… Perplexe je suis ? Je pense qu’il se classe à la frontière des genres et des publics. Attention donc car le contenu est assez malsain, du moins sur un plan psychologique. Parce que From End parle d’abus sexuels, subis par des jeunes au sein de leur famille puis du chantage exercé par une personne de confiance ou supposée l’être. Je pense, compte tenu de la censure sur certaines scènes, que le but n’est pas l’exposition dérangeante limite morbide (coucou DeadTube) mais bien l’évocation d’un fait social et la façon appropriée d’y réagir. Donc pas du tout celle choisie par les protagonistes. Vraiment pas.

Du shojo classique, toutefois, From End hérite du chara-design avec des graphismes fins et axés sur les émotions, ce qui est assez perturbant en soi mais contribue à la force évocatrice du manga.

Pour résumer, j’ai beaucoup apprécié la lecture de ce premier tome très prometteur. Série courte finie en trois volumes, From End évoque des thématiques difficiles (abus sexuels par des proches, comment s’en protéger, réagir) mais importantes à travers un thriller psychologique qui gère bien son suspens autour du motif « vengeance ». L’ambiance malsaine est renforcée par un chara-design très fin qui rappelle les codes graphiques du shojo. Le tout fonctionne vraiment bien et je n’ai qu’une seule hâte: découvrir la suite !

9 réflexions sur “From End, le prix de la liberté #1 – Shimokitazawa Mitsuo

  1. Pingback: BML #13 – Juillet 2019 | OmbreBones

  2. Un titre qui sort du shojo en effet. Je le placerai au même rang qu’un Double Je chez Akata. Bon ce dernier était vraiment plombant genre pas d’espoir. Ici au contraire j’ai apprécié ce petit espoir en fond avec un sacré message sur La Liberté et le statut de victime. Le fait que le manga traite de la is sexuel en général est aussi intéressant, parce que parfois les gens oublient que les hommes aussi peuvent être abusés. A voir comment se poursuit la chose surtout avec les dernières pages.

    • Exact c’est vrai que c’était intéressant de rappeler que les hommes aussi peuvent être abusés, ça change. Je suis très curieuse de lire la suite, les dernières pages m’ont vraiment surprises j’ai bien aimé l’ironie du sort.

  3. Je l’ai lu hier mais ma chronique viendra dans la semaine, et du coup, le thème m’intéressait beaucoup mais les facilités scénaristiques m’ont dérangé. J’ai ri à ton « coucou deadtube » je déteste ce titre qui (pour moi) n’a aucun fond et ne met en scène que du gore et porno malsain (j’ai lu 6 tomes du truc)

    • Disons que ouais, y’a quelques éléments tu te dis « mais bien sûr » genre le gars qui sort de la baignoire malgré leurs précautions (j’essaie de ne pas spoiler dans les commentaires mais tu vois quoi xD) après dans l’ensemble j’ai bien aimé le fond et l’idée donc j’ai envie de découvrir la suite. Surtout que ça se finit sur trois tomes donc on peut espérer quelque chose de bien construit. Concernant DeadTube, oui c’est gore et malsain et y’a des moments j’ai roulé des yeux mais ça me fascine en fait donc je continue de lire en mode « détente sans réflexion ». Parfois ce genre de manga me fait du bien et je sais que je ne dois rien en attendre de plus. Je suis curieuse de voir jusqu’où ils vont réussir à aller sans que ça me lasse. J’ai failli arrêter avec la phase sur l’île qui était bien soulante quand même puis finalement y’a eu un mieux, ça fluctue quoi.

      • Oui, je vois à quelle partie tu fais référence, ben moi c’est surtout le fait qu’ils soient parti sereinement qui m’a fait tiqué, c’était cousu de fil blanc qu’il y aurait un crack et puis…chai pas, si j’assassine quelqu’un, je vais pas partir entre temps (malgré leur justification) ^^’

      • Hahaha ouais j’admets que ça aussi c’était un peu surprenant. Je comprends l’idée de vouloir un alibi mais j’aurai attendu d’être sûre qu’il soit mort au moins xD

  4. Alors, je te laisse juste un commentaire pour te dire (et me souvenir) que tu l’as lu et chronique parce que je ne l’ai pas encore reçu et comme je veux en savoir le moins possible à part le pitch de base… je reviendrais après ma lecture et propre chronique. Comme ça je ne serais pas influencé. (Oui le commentaire vachement utile je sais 😂)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s