Underground Airlines – Ben H. Winters

5
Underground Airlines est un one-shot uchronique proposé par l’auteur américain Ben H. Winters. Publié par ActuSF en 2018, vous trouverez ce roman en format papier au prix de 19.90 euros et en numérique à 9.99 euros.
Je remercie Jérôme et les Éditions ActuSF pour ce service presse.

Dans cette oppressante uchronie construite comme un roman policier, Lincoln a été assassiné avant la guerre de Sécession – qui n’a donc pas eu lieu- si bien que quatre états pratiquent toujours l’esclavage au 21e siècle. Il existe une route, qui tient presque de la légende: l’Underground Airlines, qui permet à certains esclaves plus chanceux que d’autres d’échapper à leur terrible condition. Hélas, la légalité de l’esclavage est inscrite dans la Constitution et est immuable. C’est pour cela que des gens comme Victor existent. Victor, c’est un ancien esclave engagé par les U.S. Marshals pour traquer les Noirs en fuite. Jusqu’au jour où on lui confie le dossier de Jackdaw…

Underground Airlines est un roman coup de poing dont on ne ressort pas indemne. Je viens de le terminer donc j’écris ma chronique à chaud et une chose est sûre : il ne laisse pas indifférent !

Déjà par sa thématique. Il s’agit d’une uchronie, d’une manipulation de l’Histoire, mais les thèmes traitées par l’auteur sont malheureusement toujours très actuels. Ben H. Winters dénonce les mentalités américaines, le racisme mais aussi la facilité avec laquelle on peut fermer les yeux sur l’horreur et la difficulté qu’on a à changer les choses. Tout le texte est traversé par une noirceur et un cynisme qui me parlent beaucoup.

Ce propos est porté par un anti-héros de qualité. Victor a signé un pacte avec le diable pour s’en sortir et ne pas retourner à la ferme dont il s’est échappé. Après deux ans d’une vie tranquille dans le Nord, le gouvernement le retrouve et l’oblige à travailler pour lui en le mettant face à un choix impossible. On découvre son histoire petit à petit et via ses souvenirs, l’horreur du quotidien d’un esclave mais aussi la façon dont les mentalités se développent en condition extrême. Dans cette Amérique moderne, on a interdit l’esclavage violent mais on soumet les Noirs à bien pire quand on n’ignore pas simplement les règles. La pression psychologique est énorme, autant que l’impact du roman sur son lecteur.

La narration à la première personne permet au lecteur de vivre avec Victor, de suivre ses pensées, ses dilemmes. Il est terriblement humain, dans tout ce que ce mot peut avoir de laid. Il ressent de la honte, du désespoir et plus le récit avance, plus il s’enfonce dans cette spirale. Victor essaie de faire les bons choix pour lui et il se rend compte de ce que ça coûte. Et on comprend. Moi en tout cas, je l’ai compris et ça m’a mise mal à l’aise d’en venir à cautionner, en quelque sorte. Pourtant, Victor n’essaie pas de se trouver des excuses. Il expose sa situation de la manière la plus crue qui soit, il se sait coupable et partage ce que ça lui inspire. Je n’ai pas pu m’empêcher de compatir. Le roman ne peut pas laisser indifférent, il nous prend en otage et nous oblige à contempler une réalité pas si éloignée de la fiction, ce que j’ai adoré. J’aime qu’on me bouscule dans mes lectures et c’est ce qu’a fait Underground Airlines.

Un malaise, c’est ce que j’ai ressenti tout au long de ma lecture. Un malaise ponctué par des moments de dégoûts et une solide prise de conscience. On se dit toujours qu’on sait ce qu’est le racisme, qu’on a conscience que ça existe mais c’est différent de le vivre. Évidemment, ça passe à travers un personnage de fiction mais ça reste beaucoup plus percutant qu’une bête intellectualisation du problème. Le plus surprenant, c’est que j’ai cru pendant toute ma lecture que l’auteur était noir… Et j’ai appris dans la postface que pas du tout ! Ça aussi, l’air de rien, ça a son importance symbolique, surtout pour les États-Unis. On pourrait alors craindre lire un roman où le pauvre Noir perdu est sauvé par un Blanc… Heureusement, il n’en est rien. Exit le manichéisme dans Underground Airlines. Et ça n’en renforce que plus le roman.

Le roman s’offre donc une postface de Bertrand Campeis qui ne manque pas d’intérêt pour comprendre la portée et l’importance de ce roman, traduit en Europe. Il parle d’une Amérique toujours en lutte avec elle-même et c’est très éclairant pour analyser son actualité. J’ai apprécié retrouver ce billet à la fin du roman et non au début comme on le voit trop souvent car j’y ai prêté un réel intérêt et j’ai pu confronter mes propres perceptions avec l’analyse de Bertrand Campeis, qui donne une nouvelle dimension à ce texte.

Pour résumer, Underground Airlines est un roman percutant qui met en scène un antihéros essayant de survivre par tous les moyens, même les pires. Doté d’un fort propos engagé, il nous raconte une Amérique uchronique qui parait pourtant très actuelle. On ne ressort pas indemne de cette lecture que je recommande très chaudement !

Publicités

18 réflexions sur “Underground Airlines – Ben H. Winters

  1. Pingback: Underground Airlines – Ben H.Winters – Au pays des Cave Trolls

  2. Pingback: Underground Airlines – Ben H. Winters – Les Notes d'Anouchka

  3. Pingback: BML #12 – Juin 2019 | OmbreBones

  4. Très jolie chronique qui donne envie bien que je ne regrette pas de ne pas l’avoir demandé: je ne pense pas être dans de bonnes conditions pour le lire! En ce moment, j’ai plutôt besoin de lectures « simples et détente », donc ça risquait de pas trop passé…Mais je le note pour quand je serai dans de bonnes dispositions pour une lecture choc!! 🙂

  5. Pingback: Underground Airlines, de Ben H. Winters – Les Chroniques du Chroniqueur

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s