Entends la nuit – Catherine Dufour

catherine-dufour.indd
Entends la nuit est un one-shot fantastique écrit par l’autrice française Catherine Dufour. Publié chez l’Atalante dans sa collection La Dentelle du Cygne, vous trouverez ce roman au prix de 21.90 euros.
Ce roman est ma 23e lecture dans le cadre du Printemps de l’Imaginaire francophone.
Ce roman est ma 3e lecture pour le mois de la fantasy qui peut valider les catégories suivantes: un livre écrit par une femme, un roman écrit par un auteur francophone, une relique de ma PàL.

Entends la nuit met en scène le personnage de Myriame. Vingt-cinq ans, master en communication en poche (non c’est pas moi, j’vous jure) elle retourne sur Paris pour obtenir un job ingrat et sous payé dans une grande compagnie, la Z. Il faut bien vivre et assumer l’âge adulte ! Ç’aurait pu s’arrêter là si, en arrivant, elle ne découvrait pas un bureau limite insalubre, une responsable vraiment pénible, des caméras sur les ordinateurs qui fliquent les employés… Pas le choix d’accepter pour espérer décrocher un CDI. CDI qu’elle va obtenir grâce à Duncan Vane, l’un de ses patrons qui se met à lui parler sur le réseau social de l’entreprise, pour ne plus la lâcher.

Ça vous dit quelque chose? Ouais, à moi aussi. D’ailleurs en lisant le résumé pour la première fois, j’ai roulé des yeux en me disant: pitié, non. Puis j’ai découvert quelques chroniques sur la blogo qui ont su m’intriguer. Ainsi, Entends la nuit n’est pas ce qu’il parait? Après ma lecture, je peux affirmer haut et fort que oui, ce texte est complètement atypique.

Mais pas dès le départ. Pendant le premier tiers du roman, on suit Myriame dans sa petite vie foireuse où je me retrouvais plutôt bien. Immédiatement, la critique sociale proposée par l’autrice m’a touchée et je tournais les pages en me demandant où elle voulait en venir et en jurant de brûler le livre si un milliardaire sexy pervers narcissique venait subitement la tirer de là pour ses beaux yeux. J’ai failli. Vraiment. Mais au final, la quatrième de couverture ne ment pas, on est bien devant un anti-twilight et même un anti-50shades.

Pourquoi ce parallèle avec Twilight? Pour interpeller le grand public, sans doute, car les créatures du roman ne sont pas à proprement parler des vampires. Elles ne sont qu’une facette de ce mythe et j’ai trouvé l’exploitation de ce folklore vraiment très intéressant. Je n’en avais jamais réellement entendu parler et avoir un personnage dont l’esprit habite normalement la pierre, qui parvient à s’incarner en dévorant la chair… Ouais, ça me bottait plutôt bien. Le tout évoluant au sein d’une société parisienne totalement réaliste, dans un équilibre bien maîtrisé. D’ailleurs, une grande partie du roman traite de ce rapport qu’a l’humain avec la pierre, avec la construction et par extension, avec le progrès. Une belle métaphore.

Mais… Parce qu’il y a un mais… Franchement, difficile de s’attacher aux personnages. Autant j’aimais bien Myriame au départ, autant son évolution au fil des pages et des évènements m’a donné envie de lui coller trois paires de claque par trente pages. En tout cas, jusqu’à la toute fin et le dernier chapitre. Globalement, la plupart des protagonistes sont assez détestables parce que bassement humains, égoïstes et froids. Surtout les lémures ! Vane est un connard modèle géant qui se justifie par son état, qui joue à je te veux ouais moi non plus, puis qui manque clairement de discernement. Il a deux neurones qui fonctionnent et il les a sûrement oublié dans une brique… Les collègues de Myriame ne valent pas beaucoup mieux et sa mère… SA MÈRE ! J’ai halluciné quand elle lui dit « Je ne suis pas sûre d’aimer ton petit ami, tu reviens pleine de gnons depuis que tu sors avec lui mais bon, qu’est-ce qu’il est beau. » Euh… Ouais. Tout va bien.

Pourtant, ce n’est pas un défaut. Pas ici. Non, ne hurlez pas ! L’autrice décide de traiter et de mettre en scène des relations toxiques, autant avec les parents de Myriame que sur sa vie privée. Et elle le fait de manière parodique, en forçant tellement le trait sur les situations que ça en devient évident. Ces relations s’épanouissent sous l’œil de plus en plus choqué du lecteur. D’autant que Catherine Dufour écrit à la première personne. Du coup, on vit vraiment l’histoire depuis la tête de Myriame qui s’exprime dans un registre familier assez haché pour marquer stylistiquement les hésitations et les pensées de l’héroïne. Sauf qu’ici, contrairement à beaucoup de roman, l’autrice n’essaie pas de faire passer ça pour la norme. Elle tente de provoquer une prise de conscience et elle réussit plutôt bien. Ça prend en réalité tout son sens dans le dernier quart du roman, parce qu’on doute quand même jusque là. Mais son choix… Ah, jouissif ! Vraiment.

Pour résumer, Entends la nuit est un texte atypique comme on en trouve souvent chez l’Atalante. Il bouscule les codes de la romance paranormale et les parodie d’une manière intelligente pour déranger son lecteur dans le but de mettre en évidence des aberrations sociales trop bien établies. Ce n’est pas le genre de roman qu’on peut juste aimer ou pas, parce qu’il est cru dans sa réalité, original dans son surnaturel tout en dépeignant la descente aux enfers moderne d’une anti-héroïne actuelle, paumée et dépendante affective. Ce texte me parait tellement particulier qu’il ne plaira pas à tous les types de lecteur et m’a, honnêtement, plus d’une fois agacé. Pourtant, je ne regrette pas ma lecture ni la réflexion qui suivit. À lire donc et surtout, sans s’arrêter à l’impression donnée par les premiers chapitres.

Publicités

4 réflexions sur “Entends la nuit – Catherine Dufour

  1. Pingback: BML #11 – mai 2019 | OmbreBones

  2. Je suis d’accord avec toi : c’est tout de même une histoire plus réaliste de par les sentiments traversées et surtout certaines réactions face aux événements. Je n’ai pas su non plus accrocher à Myriame qui ne veut pas être une femme passive mais qui suit toutes les initiatives d’autrui.

    • Haha si cherche pas en le lisant j’étais genre -> O.O OKEY mère de l’année quoi ! Mais bon le pire c’est que y’a vraiment des gens comme ça… Et au final ça choque donc ça sert le propos de l’autrice je pense.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s