Le songe d’une nuit d’octobre – Roger Zelazny

23
Le songe d’une nuit d’octobre est un one-shot fantastique écrit par l’auteur américain Roger Zelazny. Publié d’abord chez ActuSF en grand format, il a été récemment réédité en poche par Helios au prix de 7.90 euros.
Je remercie Samantha et Jérôme de chez ActuSF pour l’envoi de ce service presse !

L’histoire commence au premier jour du mois d’octobre, courant du XIXe siècle. Le lecteur découvre qu’un Jeu est en cours pour les trente-et-un prochains jours. Le but? Pour les ouvreurs, permettre aux Grands Anciens de déferler sur le monde. Pour les fermeurs, empêcher que cela se produise. Les participants distribuent les cartes et la fête commence avec Jack, Jill, le Docteur mais aussi le Comte, le Grand Détective et quelques autres…

Si ce roman est très inspiré de mythologie lovecraftienne, il n’est pourtant pas nécessaire de s’y connaître pour apprécier le titre car je suis totalement novice en la matière et j’ai passé un bon moment malgré cela. En effet, s’il est très référencé sur Lovecraft, il l’est également sur la littérature populaire anglaise et les grandes figures ayant marqué son histoire occulte. Ainsi, les clins d’œil cachés au fil du texte en raviront plus d’un. D’ailleurs, les protagonistes sont rarement nommés. Sherlock Holmes est toujours appelé « Le Grand Détective » par Snuff, Jack est juste Jack, le Docteur Frankenstein est « Le Bon Docteur », etc. C’est assez plaisant de traquer les indices laissés au détour d’une phrase par Roger Zelazny. Cela apporte au roman une dimension ludique vraiment plaisante.

Le point fort de ce texte est, à mon sens, la narration menée par… un chien. Snuff est le chien de Jack (oui, ce Jack là) et son compagnon ésotérique. Chaque joueur en possède un et nous suivons les interactions entre ces différents compagnons. Chat, rat, hibou, corbeau, écureuil, serpent, tout ce petit monde coopère et / ou s’affronte pour obtenir ou échanger des informations capitales afin de remporter la victoire. Si ces animaux sont très humanisés car doués d’intelligence, ils se différencient assez bien des êtres humains pour apporter une dose de peps plutôt agréable à ce roman court et bien rythmé.

Si le style d’écriture n’est pas transcendant, il sert efficacement le récit riche en rebondissement et en action très graphique. Les chapitres courts concernent chacun une journée jusqu’au grand final qui m’a un peu laissée sur ma faim. C’est l’un des seuls reproches que j’ai à adresser au texte mais je suis peut-être passée à côté d’un clin d’œil, qui sait ?

Dernière remarque au sujet du roman, on parle de steampunk sur la quatrième de couverture mais je n’ai pas du tout retrouvé cet aspect dans le texte. Du coup, je m’interroge un peu sur ce que l’éditeur a voulu dire par là? Si quelqu’un a éventuellement la réponse pour m’éclairer, n’hésitez pas !

Pour résumer, le songe d’une nuit d’octobre est un texte qui plaira autant aux amateurs de Lovecraft qu’aux novices. Il propose une histoire sympathique et prenante racontée du point de vue d’un chien, ce qui change de nos habitudes. C’est un bon divertissement qui ne restera pas indéfiniment dans ma mémoire mais que j’ai été contente de découvrir.

14 réflexions sur “Le songe d’une nuit d’octobre – Roger Zelazny

  1. Pingback: Le Songe d’une nuit d’octobre – Roger Zelazny – Les Lectures de Xapur

  2. Pingback: Le Songe d’une nuit d’octobre par Roger Zelazny – Le monde d'Elhyandra

  3. Pingback: BML #10 – avril 2019 | OmbreBones

  4. En fait, c’est une partie d’ « Horreur à Arkham » grandeur nature 😀 la narration par les animaux m’intrigue toujours… Mais je pense que j’ai bien fait de ne pas le demander, j’en ai un peu marre de tous ces récits d’inspiration Lovecraft :p

  5. Pingback: Le Songe d’une nuit d’octobre, Roger Zelazny – Les Chroniques du Chroniqueur

  6. Mouai, même si je suis pour les monstruosités lovecraftienne, je suis mitigé sur ce livre. À voir sur d’autres critiques mais si y a que le chien et l’écriture en point fort, je sais pas si ce sera suffisant pour me convaincre.

    • Si ça avait été raconté autrement ça aurait été plutôt banal (sans être mauvais) j’admets. Mais j’ai passé un bon moment alors que je ne suis pas trop sur Lovecraft, je pense que les amateurs y verront d’autres points forts à côté desquels je suis passée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s