Anima – Wajdi Mouawad

6

Anima est un one-shot de l’auteur franco-libanais Wajdi Mouawad. Publié chez Actes Sud dans la collection Babel, vous trouverez ce livre au prix de 9.70 euros.

Je n’avais jamais entendu parler de cet auteur ou de ce roman avant de tomber sur l’article de Book’s Anatomy il y a un an de cela. La façon dont elle a tourné sa chronique m’a immédiatement donné envie de le découvrir. Vous pensez bien ! Malsain, dur, un coup de poing dans l’âme… Je ne pouvais que foncer dessus. Aussitôt commandé en librairie, reçu la semaine suivante, il est pourtant resté perdu dans ma PàL pendant toute l’année 2018. Finalement, ma bookjar s’est décidée à le sortir et j’en suis plus qu’heureuse. Quelle claque !

Nous suivons le personnage de Wahhch Debch qui découvre sa femme enceinte assassinée dans son appartement. Choqué, il cherche des réponses que la police refuse de lui donner. Ces réponses concernent le meurtre de sa femme, mais pas seulement. Wahhch a des traumatismes anciens qui datent de son enfance dans les camps palestiniens de Sabra et Chatila. La violence à laquelle il a assisté les remonte petit à petit à la surface et avec eux, de nouvelles questions qui vont mettre à mal son identité.

Le pitch de ce roman peut sembler banal: une épouse assassinée, un homme en quête de vengeance… Déjà-vu? Pas vraiment. D’ailleurs, on ne parle même pas de revanche mais ça, je vous laisse le découvrir dans le texte.
Premièrement, ce roman se distingue des autres par sa narration particulière. Ce n’est pas Wahhch qui raconte son histoire mais bien… les animaux ! Ceux dont il croise la route tout au long de son périple. Chiens, chats, oiseaux, souris, serpents, insectes, parfois dans des chapitres très courts d’une seule phrase qui nous permettent de savoir où il en est, d’entendre ses conversations, de comprendre les émotions qu’il dégage avec la sensibilité propre à chaque espèce. Le tout sans jamais être dans sa tête et ça, c’est un vrai tour de force puisque ça ne m’a pas empêchée de ressentir énormément d’empathie pour lui. Pour savoir quel animal l’observe, chaque chapitre commence par l’énonciation du nom latin de la bête en question. Autant certains sont évidents, autant pour d’autres c’est un peu plus flou mais on réussit toujours à s’y retrouver.

Le fait que des animaux racontent des moments de la vie de Wahhch permet aussi de mettre en lumière le rapport entre l’homme et l’animal. Il y a des chapitres vraiment horribles, comme ceux dans la bétaillère avec les chevaux. Il en faut beaucoup pour me dégoûter mais plus d’une fois, ce roman m’a prise aux tripes. L’auteur a eu un sacré coup de génie en choisissant de narrer Anima de cette manière. Rien que pour cela, le titre est remarquable. Mais il l’est aussi par sa dimension poétique, critique et mélancolique, induite justement par le point de vue des animaux. Ça donne au roman un côté onirique cru, frôlant le cauchemar et le fantastique. Saisissant.

Quant à l’intrigue, si elle souffre de quelques longueurs et aurait pu se passer de certains chapitres, elle est d’une rare puissance émotionnelle. Aucune censure, alors âmes sensibles s’abstenir. C’est vrai que ce livre est malsain et très dur, mais il permet aussi de parler d’un pan entier de l’histoire récente dont on ignore tout: ce qui se passe en Israël, les massacres qui y sont commis, l’amnistie qu’on accorde aux bourreaux (sérieusement ?!) je n’en avais jamais entendu parler ou alors vaguement et franchement, j’ai honte. Honte de la censure médiatique, honte qu’on puisse cautionner cela (parce que oui, pardonner, c’est cautionner). Suivre un personnage déraciné, d’une culture éloignée de la mienne avec une telle sensibilité et un tel angle narratif m’a bouleversée. Je suis vraiment heureuse d’avoir lu un roman aussi marquant. Je comprends pourquoi il est sur la liste de lecture de certaines facs.

Pour résumer, Anima est un roman original, inspiré et coup de poing. Il prend aux tripes, n’a aucun tabou. Son langage cru mais bien manié propulse le lecteur en plein cauchemar aux côtés de Wahhch, à travers le regard de multiples animaux dont on oublie trop souvent la voix dans notre quotidien. C’est un coup de cœur, à découvrir absolument !

Publicités

18 réflexions sur “Anima – Wajdi Mouawad

  1. Pingback: BML #8 – février 2019 | OmbreBones

  2. Mmmhh, je ne sais pas, le langage cru et la vision des animaux peuvent être très intéressants, mais je sais pas, tout à l’air de se mélanger et les livres parlant des conflits israélo-palestiniens j’en ai déjà mangé étant jeune à l’école donc bon… fin en tout cas je note et j’irai voir d’autres critiques pour voir l’idée générale mais ton enthousiasme est prenant et donne envie d’en savoir plus. Belle critique.

    • Merci 🙂 de ce que j’ai pu voir il fait assez l’unanimité quand même ! C’est fou ça moi j’en ai jamais eu à lire à l’école des romans comme ça ou alors totalement aseptisés comparé à celui là même si c’est pas non plus le thème central.
      Merci en tout cas 😊

    • C’est pourtant très bien fait ! En réalité l’animal se retrouve en contact d’une manière ou d’une autre avec le héros et observent certaines scènes de sa vie. Évidemment ce sont à chaque fois des scènes pertinentes dans l’intrigue. Brillant d’intelligence je trouve. Après je n’arrive pas à affirmer que c’est un livre pour toi, tant il est particulier :/ Mais il vaut vraiment la peine d’être découvert pour son propos.

  3. AAAAAh !!! Je suis TELLEMENT mais tellement heureuse !! Quel bonheur de savoir qu’il te plaît et qu’il t’a chamboulé autant qu’il l’avait fait avec mon petit cœur ! Et ta chronique est superbe et lui rend un bel hommage 😀 !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s