Les Mondes-Miroirs – Raphaël Lafarge et Vincent Mondiot

6
Les Mondes-Miroirs est un roman de fantasy écrit par le duo d’auteurs français Raphaël Lafarge et Vincent Mondiot. Publié chez Mnémos, ce tome plutôt imposant coûte 23 euros et comporte de très belles illustrations intérieures réalisées par Matthieu Leveder.
Je remercie chaleureusement Nathalie de chez Mnémos pour ce service presse.

Il m’est difficile de résumer ce livre en quelques mots. Les Mondes-Miroirs, c’est avant tout l’histoire d’Elsy, une jeune femme mercenaire qui vient d’ouvrir son agence dans les quartiers ouest de Miricène. Mais c’est aussi celle d’Elodianne, son amie d’enfance et magicienne au Palais. Et celle de Baz’, d’Ohya, de Damnis, d’Édée, des jumelles, de Noélien… Plus qu’un roman, les Mondes-Miroirs est une fresque aux multiples points de vue qui se déroule sous les yeux du lecteur pour lui permettre de suivre l’intrigue sous toutes ses coutures.

J’ai vraiment eu l’impression de lire un manga ou plutôt, de regarder un anime. Pendant ces 432 pages, l’écriture des deux auteurs m’a permis de me projeter facilement au cœur de l’action comme si j’y étais. L’action est découpée d’une manière très visuelle, j’entendais presque des OST en fond sonore qui accompagnaient les combats ou même les scènes plus calmes dans la taverne. Une écriture très immersive ! On comprend aisément cet aspect du livre quand on se renseigne un peu sur les auteurs et qu’on découvre que Raphaël Lafarge est un habitué du transmédia et réalisateur de court-métrages.

Avec le recul, j’ai du mal à considérer que ce livre ne fait « que » 430 pages tant il se passe des choses, tant les personnages évoluent. La scène d’ouverture nous présente Elsy et Basilien qui rentrent d’une mission périlleuse et aurait fait un très bon lancement d’épisode. Classique mais accrocheur. Elle permet aussi de poser les bases de l’univers, d’évoquer les rebuts, la situation de cette ville capitale où ils évoluent. Le schéma narratif est vraiment le même que celui d’un shônen même si le fond et le développement tiennent plus du seinen. La plus grande partie des Mondes-Miroirs se déroule dans les bas fonds, les quartiers pauvres et malfamés d’où Elsy tente de s’extraire à la force de son ambition et de son culot. J’ai eu un peu de mal avec ce personnage au début mais je m’y suis attachée sans y prendre garde. Contrairement à ce que j’ai pu lire dans certaines chroniques, je ne trouve pas qu’Elsy soit clichée. Certes, elle entre dans un archétype mais les auteurs se sont bien débrouillés pour développer sa psychologie et la rendre intéressante. Lui donner vie, presque en tant que personne plutôt que personnage.

Des personnages, comme je l’ai dit, il y en a plein. J’ai été particulièrement sensible au traitement psychologique apporté à chacun d’eux. Dans les Mondes-Miroirs, pas de manichéisme ! Ni de messages dégoulinants d’espoir ou justement, de pessimisme. Un entre-deux sur un fil très mince. On est dans le cru, dans le sale, dans le vrai, finalement. Le réel, le crédible, ce qu’on pourrait vivre au quotidien. J’ai trouvé Noélien et sa démarche plutôt fascinantes, les révélations qui se font dans le château tout autant. Avec un traitement psychologique aussi manga (je radote ? okey, je radote mais c’est dans le bon sens) je ne pouvais qu’approuver.

L’univers créé par Raphaël Lafarge et Vincent Mondiot est d’une richesse époustouflante. Ceux qui ne sont pas habitués des univers fantasy denses s’y perdront peut-être au début mais pas de panique ! Chaque en-tête de chapitre comporte une note en lien avec un point qui sera abordé dans celui-ci. Ce sont des extraits d’archives, de discours, de prières, qui permettent d’éclairer subtilement l’esprit du lecteur sans alourdir le texte ou la narration. Sur un plan personnel, j’aime beaucoup ce procédé même s’il a tendance à orienter la lecture et à jalonner un peu le parcours.
Cet univers est très référencé et moderne. Dans cette société étrange, dans cette ville qui sort du lot, on retrouve la présence d’illustrés, comme un écho à notre propre monde. J’ai trouvé ce clin d’œil bienvenu, surtout qu’il est exploité judicieusement par les auteurs.

Parlons aussi du langage utilisé. La plupart des personnages sont vulgaires, ce qu’on comprend facilement vu leur milieu social. Mais j’ai déjà vu des blogueurs relever la présence d’insultes à outrance dans un roman comme un point négatif. Ici, ça ne m’a pas gêné et j’ai même trouvé que ça accentuait le côté manga. J’en venais à traduire les passages vulgaires dans ma tête en lisant et ça rendait parfaitement ! Comme quoi..

Il y a beaucoup à dire sur les Mondes-Miroirs et j’en ai déjà probablement trop dit. Je ne peux que vous recommander la lecture de ce titre qui m’a séduite par ses nombreuses qualités. Nous sommes en présence d’un texte résolument moderne qui s’inscrit en plein dans la nouvelle vague de fantasy francophone qui émerge de plus en plus, ce qui me ravit. J’espère que la collaboration de ces deux auteurs ne s’arrêtera pas là !

En bref, les Mondes-Miroirs est un roman de fantasy bourré d’action et de références qui ne manquera pas d’évoquer aux mangas aux lecteurs assidus de ce média, que ce soit par son univers, ses personnages ou son esthétique. Son ambiance sale et ses personnages déviants ne manqueront pas de séduire les lecteurs adeptes de ce type de lecture. Ne vous laissez pas décourager par son épaisseur, ce texte vaut la peine d’être découvert, ne fut-ce que pour son appartenance à la nouvelle vague de fantasy francophone. J’ai passé un excellent moment dans les Mondes Miroirs et j’en recommande la lecture !

Publicités

18 réflexions sur “Les Mondes-Miroirs – Raphaël Lafarge et Vincent Mondiot

  1. Pingback: FOCUS – Partenariat : Mnémos | OmbreBones

  2. Pingback: Pumpkin Autumn Challenge 2018 – le bilan | OmbreBones

  3. Pingback: Chronique n°189 : Les mondes miroirs | Plumes de lune

  4. Pingback: BML#4 – octobre 2018 | OmbreBones

  5. Pingback: Les Mondes-miroirs : revue de presse | Survivre la Nuit

  6. Allez, je m’attendais pas du tout à ce côté Manga dans l’histoire :-O ça à l’air assez original, accessible et composé d’éléments que j’aime particulièrement (multi-voix, actions à gogo, langage cru,…). Why not ? Merci pour ce retour enthousiaste !

    • Avec plaisir ! Oui tu n’es pas le premier à me dire que ça l’a surpris quand j’en ai parlé 😛 Pourtant j’ai reçu un message d’un des deux auteurs qui était content que j’ai remarqué parce que c’est le cas de peu de lecteurs. Vraiment surprenant comme roman, dans le bon sens du terme ^-^ Pourtant il ne m’attirait pas plus que ça à la base, comme quoi…
      Avec plaisir 🙂

  7. Pingback: Les Mondes-Miroirs, de Vincent Mondiot et Raphaël Lafarge – Les Chroniques du Chroniqueur

Répondre à OmbreBones Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s