Les Sœurs Carmines #2 Belle de Gris – Ariel Holzl

les-s-urs-carmines,-tome-2---belle-de-gris-1011639
Belle de Gris
est le second tome de la saga des Sœurs Carmines écrite par Ariel Holzl et publiée chez Mnémos, dans la collection Naos. Chaque tome est disponible au prix de 17 euros.
Je remercie les éditions Mnémos pour ce service presse !
Ce livre entre dans le cadre du challenge s4f3 organisé par Albédo !

J’avais beaucoup aimé le premier tome des Sœurs Carmines. Ç’avait été une bonne surprise autant sur la forme que sur l’univers. Si j’avais trouvé le personnage de Merryvère un peu fade en comparaison de Tristabelle et Dolorine, ça ne m’avait pas empêchée d’accrocher. Comme j’avais adoré l’esquisse des deux autres sœurs, je me réjouissais de découvrir ce tome 2, centré sur Tristabelle, et je ne suis pas déçue du voyage !

Nous retournons à Grisaille, une ville imaginaire à l’ambiance très inspirée de Tim Burton dans le genre merveilleux macabre. L’éditeur qualifie cette saga de fantasy urbaine moderne et décalée, je n’aurai pas mieux dit moi-même ! Dans ce tome, Tristabelle se prépare pour le grand bal donné par la Reine dans le but de se trouver une nouvelle dame de compagnie (souvenez-vous de ce qui est arrivé à la dernière dans le tome 1… Oupsie.). Un rôle qu’elle trouve parfait pour elle évi-de-mment et rien ne pourra l’empêcher d’obtenir une invitation. Quand je dis rien, ça comprend le vol, les mauvaises fréquentations, la manipulation, l’adhésion à un culte ou encore du travail manuel. Et « rien » comprend aussi la série de morts violentes qui semble frapper tous ceux qu’elle fréquente. Suspecte principale dans l’enquête menée par la police de Grisaille, Tristabelle n’a pas fini d’en voir…

Contrairement au Complot des corbeaux, ce roman est écrit à la première personne. Le lecteur est plongé dans la tête de Tristabelle, qui s’adresse directement à eux comme une entité qui habiterait son esprit. Une sorte d’habitude, pour elle, tout-est-normal. Tristabelle est un personnage terriblement égoïste. Une femme dangereuse, sociopathe et scandaleuse dans chacune de ses réflexions. Elle est horrible… Et merveilleuse à suivre ! Quel plaisir de côtoyer un personnage qui sort du lot, sans aucune morale, c’est tellement subversif qu’on ne peut qu’adhérer. J’apprécie beaucoup la façon dont l’auteur créé une culture propre à son univers qui fait voler en éclat notre notion d’humanité, au point de renverser complètement les codes moraux. C’est ce type de livre que je recherche en général et je ne pensais pas le trouver dans une saga dite « jeunesse ». À de nombreux moments, j’ai souris et même ris de bon cœur tant cette anti-héroïne est très inspirée. L’auteur n’a pas de limite, il parvient à nous plonger dans la psyché spéciale de ce personnage hors du commun avec un réel talent. J’ai adoré chaque page de ce roman principalement grâce à ça. Sans doute Tristabelle serait-elle ravie (mais pas surprise) d’apprendre qu’elle porte la totalité du récit sur ses épaules.

Toutefois, Tristabelle n’est pas la seule qu’on suit. C’est le cas pendant la première partie du roman mais elle « chasse » parfois le lecteur de ses pensées pour préserver certains de ses secrets (et les rouages de l’intrigue) ce que j’ai trouvé plutôt brillant comme procédé narratif pour ne pas tout révéler en une seule fois. Ariel Holzl contourne habilement les restrictions d’un roman à la première personne ! Du coup, il alterne avec des chapitres sur Merry qui permettent de compléter certains éléments de l’intrigue. Si ça peut donner l’impression de sortir du récit, finalement, tout s’imbrique plutôt bien. J’ai deviné l’intrigue moins rapidement que dans le Complot des Corbeaux, du moins pour une partie. Et je ne m’attendais certainement pas aux évènements finaux ! Je ne vais pas trop en dire mais j’ai trouvé ça osé et ça a fonctionné avec moi.

Par contre, je reprocherai deux choses à ce livre : j’ai trouvé la fin plutôt rapide, un peu comme dans le premier. J’aurai préféré que l’auteur prenne davantage son temps, surtout sur la partie liée au masque (je n’en dis pas plus) qui parait un peu sortie de nulle part. Ensuite, Dolorine est quasiment absente du roman et c’est plutôt dommage. J’aurai aimé découvrir d’autres pages de son journal intime, pour apporter davantage de relief à ce récit. Ça n’empêche pas le livre d’être très bon, je vous rassure ! Je donne simplement mon avis personnel. Puis il reste (au moins?) un tome alors je veux croire que la plupart des réponses aux questions restantes s’y trouveront.

Pour résumer, ce second tome des Sœurs Carmines est une réussite qui surpasse même la qualité du premier. Le personnage de Tristabelle est absolument extraordinaire, j’ai beaucoup aimé la fin et toute la poésie qui se dégage finalement du récit, sur lequel je ne vais pas m’attarder pour ne pas spoiler mais Ariel Holzl a été vraiment bien inspiré là-dessus. Un coup de cœur pour moi, je me réjouis de découvrir le tome 3 ♥ Je recommande chaudement cette saga !

Publicités

11 réflexions sur “Les Sœurs Carmines #2 Belle de Gris – Ariel Holzl

  1. Pingback: FOCUS – sélection spéciale Halloween 2018 | OmbreBones

  2. Pingback: Bilan : le challenge S4F3 | OmbreBones

  3. Pingback: S4F3 – Victoire aux points – Albédo

  4. Pingback: Deuxième escale de la S4F3 – Round 2 – Albédo

  5. Pingback: Les Sœurs Carmines #3 Dolorine à l’école – Ariel Holzl | OmbreBones

  6. Pingback: BML #1 – Juillet 2018 | OmbreBones

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s