Quand vient la vague – Manon Fargetton et Jean-Christophe Tixier

Couverture Quand vient la vague
Quand vient la vague
est un one-shot contemporain destiné à un public adolescent. Écrit en collaboration par Manon Fargetton et Jean-Christophe Tixier, vous le trouverez édité chez Rageot au prix de 15.90 euros.
Cette lecture entre dans le cadre du challenge S4F3 proposé par Albédo.

Un roman adolescent sur fond de drame familial, ce n’est pas vraiment ma tasse de thé ni même un genre que j’affectionne de manière générale. Deux raisons me poussèrent à sa lecture. Tout d’abord, le fait qu’il ait été écrit en partie par Manon Fargetton, une auteure que j’apprécie tout particulièrement (pour rappel, voici mes chroniques sur l’Héritage des Rois Passeurs, les Illusions de Sav-Loar et Aussi libres qu’un rêve). Ensuite, le fait qu’il m’ait été chaudement recommandé par L-A Braun (pour lire sa chronique, c’est ici !), qui me l’a gentiment prêté. Depuis mars, il traine dans ma PAL et j’ai enfin décidé de l’en sortir.

Et bien croyez le ou non, j’ai vraiment beaucoup aimé ce livre !

Nous suivons l’histoire de Nina et Clément, un frère et une sœur. Au début du livre, Nina quitte sa maison sans qu’on sache vraiment pour quelle raison. Un an plus tard, son frère, Clément, a continué à vivre sa vie mais un électrochoc va lui faire prendre conscience qu’il n’a pas géré cette affaire comme il aurait dû. Bientôt, Nina aura dix-huit ans et la police devra arrêter les recherches… Poussé par son ami Noah, Clément décide de reprendre l’enquête.

Quand vient la vague alterne deux points de vue. Celui de Nina, à la première personne et au présent, qui nous montre des fragments du passé de l’adolescente pour nous aider à comprendre les raisons de son départ et celui de Clément, dans le présent, qui entame des recherches sérieuses en partant d’une lettre que sa sœur lui a laissé avant de partir. L’un comme l’autre sont profondément touchants. Nina est une jeune fille sensible qui manque de confiance en elle,qui se prend beaucoup trop la tête sur tout un tas de sujets. Je me suis immédiatement reconnue en elle, en ses questionnements, en ses décisions. J’ai trouvé les choix des auteurs vraiment mûrs et intelligents. Quant à Clément, c’est un adolescent passionné par le surf qui rêve de devenir sportif professionnel. Il n’est pas plus bête qu’un autre mais peut-être un peu lâche, un peu passif, un peu égoïste, comme on peut tous l’être. Quand son ami Noah lui fait remarquer qu’à sa place, lui n’aurait jamais arrêté de chercher sa sœur, Clément se rend compte qu’il n’a pas du tout assuré et qu’il y a un grand vide dans sa vie, dans son cœur. Avec ses maigres moyens, il va donc chercher à percer le mystère qui entoure sa disparition, chercher à comprendre. Il a une évolution très intéressante et je pense que la force de ce roman, c’est justement qu’on pourrait tous en être les protagonistes principaux, qu’on s’y identifie très facilement.

Pour fournir une chronique vraiment complète et une analyse approfondie, je devrai vous révéler des points clés du roman et je refuse de vous spoiler quoi que ce soit. Pardonnez-moi donc de ne pas m’appesantir sur les thèmes traités dans ce livre. Si on devine assez vite ce qui a poussé Nina à s’enfuir, c’est surtout la façon dont c’est amené et dont elle va le gérer qui est intéressant, idem dans le cas de Clément. On ne peut pas s’empêcher de se demander comment nous, nous aurions réagi à leur place, de prendre un parti, de se sentir concerné, parce que cette histoire pourrait presque être celle de n’importe qui. Quand vient la vague n’a rien d’un thriller haletant ou d’un roman bourré d’action, il est axé sur le psychologique et réussit bien son coup. J’ignore comment ont travaillé les auteurs mais j’espère qu’ils continueront de collaborer ensemble. Chaque personnage est touchant à sa manière et on se prend d’intérêt pour ce drame familial, intimiste. Les pages défilent sans qu’on les ressente et finalement, Quand vient la vague peut se lit en trois ou quatre heures à peine.

J’ai vraiment passé un très bon moment avec cette lecture toute en sensibilité. Quand vient la vague est un page-turner profondément humain aux thèmes modernes, qui convient aux adolescents comme aux adultes, impossible de rester indifférent face à cette histoire que je recommande très chaudement que ça soit ou non votre tasse de thé. Il y a des histoires, comme celles-là, qui méritent d’être lues et qui toucheront forcément au but. Je recommande !

Publicités

12 réflexions sur “Quand vient la vague – Manon Fargetton et Jean-Christophe Tixier

  1. Pingback: Bilan : le challenge S4F3 | OmbreBones

  2. Pingback: S4F3 – Victoire aux points – Albédo

  3. Pingback: Deuxième escale de la S4F3 – Round 2 – Albédo

  4. Pingback: BML #1 – Juillet 2018 | OmbreBones

  5. Pingback: Première escale de notre croisière S4F3! – Albédo

  6. J’avais déjà lu des retours plutôt positifs et tu confirmes cette impression qui m’est restée.
    Il y a un côté peut-être un peu trop YA pour que je m’y jette immédiatement, mais je l’ai noté!

  7. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous? #25 | OmbreBones

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s