#PLIB2019 Pandémonium – Aurélie Mendonça

preview
Pandémonium est un one-shot fantastique écrit par l’auteure française Aurélie Mendonça. Publié aux éditions du Chat Noir dans la collection Féline, ce roman coûte 19.90 euros.
Ce roman a été sélectionné pour le #PLIB2019. #ISBN9782375680643.

Parmi les nouveautés du Chat Noir pour le début d’année, Pandémonium est certainement celle que j’attendais avec le plus d’impatience. Déjà, la couverture magnifique (signée Émilie Garcin) a attiré mon regard. Oui, j’ai des petites pulsions superficielles comme ça… Ensuite, son sous-titre: requiem pour un croque-mort. Je me voyais déjà suivre un personnage dont la mort est le métier et là-dessus, je n’ai pas été déçue en découvrant la quatrième de couverture ! Tous ces éléments, en plus de proposer un bel objet livre, m’ont convaincue d’acheter ce roman à la foire du Livre de Bruxelles. Et ma bookjar a été assez aimable pour me le sortir assez tôt dans le cadre du Printemps de l’Imaginaire Francophone.

Cette histoire est donc celle d’Elena, une thanatopractrice. Pour sauver l’âme de sa grand-mère des Enfers, elle passe un pacte avec la déesse Hela et devient sa Passeuse. Sa mission, c’est de faire en sorte que chaque âme destinée à Nilfheim arrive à destination et cela, sous couvert de son entreprise de pompe-funèbre, Pandémonium. Hélas pour elle… Les choses vont commencer à se gâter. Forcément.

Si le pitch paraît assez banal au premier abord, ce roman est néanmoins remarquable sur plusieurs points.

Déjà, tout l’aspect « industrie mortuaire » est très bien documenté. Ce n’est pas juste une façade « pour faire cool ». L’auteure a effectué des recherches sérieuses et nous explique, à travers le personnage d’Elena, comment on embaume un corps, comment on gère les familles en deuil, une entreprise comme la sienne, etc. Le récit est parcouru d’anecdotes vraiment réalistes, à tel point que j’en suis venue à me demander si l’auteure n’avait pas elle-même officié dans ce métier. Je ne m’y connais pas bien en la matière mais j’ai trouvé cela très crédible et intéressant. En plus de la technique, le roman offre également une réflexion profonde sur la mort et sur le processus de deuil. Deux thèmes importants et pourtant, souvent tabous dans notre société.

Ensuite, le personnage de Lilith. D’accord, c’est la grande méchante de l’histoire et franchement, elle est plutôt clichée par moment Mais elle a de bonnes réflexions, au point de provoquer l’admiration de l’héroïne elle-même. Lilith, au fond, c’est une femme qui a refusé de se satisfaire de son destin, qui a voulu se battre pour obtenir mieux et ça a quelque chose de remarquable. Puis, je n’ai pas la citation exacte, mais en gros, elle fait même remarquer à l’héroïne qu’elle n’a franchement pas besoin que Lucifer donne ses fesses pour elle et qu’il serait peut-être temps qu’elle se décide à se défendre toute seule. Surtout qu’elle en a les moyens. Et… Mon dieu MERCI POUR CA ! Le nombre d’héroïnes qui se cachent derrière leur beau gosse et se bougent les fesses pour des raisons stupides… C’est génial, d’en suivre une qui ne pense pas avec ses hormones.

Finalement, Pandémonium s’avère être un roman « de femmes ». Hela, Elena, Lilith, Morgane. Ce sont elles qui comptent et entre elles que va se régler toute l’intrigue. Pour autant, des personnages masculins sont présents mais pas écrasants et l’absence d’une intrigue amoureuse active aide beaucoup à ne pas considérer les protagonistes comme deux éléments d’un couple au lieu de deux êtres à part qui ont une existence propre en dehors de leur sexe. Pandémonium est, à ce niveau, très équilibré et ça m’a vraiment plu.

Enfin, toute la mythologie que l’auteure place dans son histoire est admirable. Le concept des Enfers (au pluriel !) est très intéressant, le mélange des mythologies également, le respect de toutes les religions, de toutes les confessions… Avec une histoire dynamique et prenante, Aurélie Mendonça nous pousse à réfléchir sur des sujets importants, attire notre attention sur des éléments qui paraissent anodins, mais ne le sont pas tant que ça.

À tout ceci s’ajoute des personnages attachants. L’héroïne, Elena, est géniale. Ce n’est pas une pauvre fille en manque tiraillée entre deux beaux gosses (merci mon dieu, le retour). Ce n’est pas une romance ou de l’urban fantasy bas de gamme. L’auteure traite des thèmes importants et offre un personnage en deuil auquel on s’identifie immédiatement. Je dois même avouer que sur le premier chapitre, j’ai eu les larmes aux yeux et ça chamboulera probablement toutes les personnes qui ont perdu leur grand-mère et qui en étaient proches. Parvenir à provoquer de tels sentiments après seulement quelques pages, je dis chapeau. D’autant que ça m’a aidée à m’identifier tout de suite à Elena.
Parmi les autres personnages, j’ai envie de tous les citer. Les Corbeaux, Morgane, la part belle laissée aux animaux: Ghost, Garm, Freyja. Les divinités infernales. Les fantômes aussi, mention spéciale à Mme Franquin qui est juste trop chouette.

En bref, j’ai vraiment passé un excellent moment dans l’univers de Pandémonium. C’est un roman punchy écrit à la première personne par une plume maîtrisée et immersive. J’ai du mal à lui trouver des défauts, en dehors de quelques coquilles encore présentes dans le livre. Le format one-shot propose une intrigue dynamique, la mythologie est inspirée, les personnages sont attachants… C’est un page-turner qu’on termine vite et sur lequel on devrait réfléchir quelques minutes à la fin de notre lecture, pour bien s’imprégner du contenu (pas tant de l’histoire en elle-même que les messages et les réflexions proposées par l’auteure). Aurélie Mendonça a travaillé deux ans sur ce titre et c’est une belle réussite. Un ouvrage soignée pour une auteure que j’ai été ravie de découvrir. Je vous en recommande très chaudement la lecture !

Publicités

24 réflexions sur “#PLIB2019 Pandémonium – Aurélie Mendonça

  1. Pingback: [Chronique Littéraire] Pandemonium – Requiem pour un croque-mort, Aurélie Mendonça – La Bulle d'Eleyna

  2. Pingback: FOCUS – sélection spéciale Halloween 2018 | OmbreBones

  3. Pingback: Bilan – le printemps de l’imaginaire francophone 2018 | OmbreBones

  4. Heureusement que je l’ai déjà dans ma pal sinon je me le procurerais sur le champ! Par contre, ma grand-mère est décédée il n’y a pas longtemps donc je vais peut-être attendre avant de le lire, histoire de ne pas inonder les pages du livre dès le début et les rendre illisibles!!^^ Mais j’avoue que tout ce côté « industrie mortuaire » m’intrigue beaucoup et même si c’est un peu morbide, je serai contente d’en apprendre plus la-dessus! 🙂

  5. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous? #7 | OmbreBones

    • Haha pas grave :3 Oui c’est ce que j’ai aimé sur ce livre, il change des habitudes et tu sens un vrai travail effectué non seulement sur le fond mais aussi sur l’héroïne. Puis l’absence de romance (enfin de « vraie » romance) est un plus non négligeable. Parfois ça me saoule vraiment, t’as l’impression que si tu ne colles pas un trio amoureux dans de l’urban fantasy, t’es pas crédible… La preuve que si avec Pandémonium !

      • J’avoue que sur le contexte, quel travail ! Et j’ai moi aussi failli pleurer en commençant le bouquin oO !
        Et pareil pour les romances, elles m’insupportent ! A part quand elles sont bien amenées, mais c’est rarement le cas :/ J’imagine que c’est là un code propre à la bit-lit plus qu’à l’urban fantasy en général, mais… difficile d’y couper dans ce genre de lectures, c’est sûr 😉
        C’est pour ça que je n’avais pas accroché avec Larmes de cendres de la même ME, d’ailleurs ^^ Il y a des pépites dans leur collection, mais parfois… je tombe sur euh qqch qui ne me convient pas, on va dire ça comme ça LOL !

      • Larmes de cendres je n’ai pas aimé du tout non plus… J’ai été très déçue par ma lecture. Forcément en bit lit, c’est un code vu que bit lit = romance fantastique mais c’est lourd. Je n’ai rien contre la romance sauf que très souvent, c’est mal amené, mal géré, bref… C’est cliché au possible. Y’a de très bons romans au chat noir, je pense notamment à Lake Ephemeral ou encore aux livres de Marianne Stern, Vincent Tassy et Emmanuelle Nuncq. Puis Elvira Time reste assez cool pour les gens qui sont comme moi, nostalgiques de Buffy :3 Ya de belles choses au catalogue mais je préfère quand ils ciblent davantage. Y’a des collections qui sont un peu trop « grand public » (mais c’est normal, il en faut pour tous les goûts !)

      • Ah, tu l’avais lu ? Franchement, ce diptyque avait du potentiel, mais tout s’est effondré très, très vite !
        Mmh, je nuance un peu vis-à-vis de là bit-lit : oui, il y a forcément de la romance, mais c’est généralement très décalé et, pour être honnête, plus porté sur le sexe, parfois. Sauf qu’on retrouve souvent des romances niaises qui ne satisfont pas le public ciblé, justement oO
        Lake Ephemeral est dans ma WL, mais j’ai lu que c’était très ado, alors j’hésite 😉 Pour Marianne Stern, j’ai testé un recueil de nouvelles, Les chroniques d’Oakwood et je ne suis pas vraiment convaincue :/
        Apostasie est aussi dans ma WL par contre pour Vincent Tassy 🙂
        Ah, ah, j’étais une grande fan de Buffy étant ado, mais étrangement Elvira Time ne m’attire pas plus que ça 😉
        Perso, j’ai beaucoup aimé Néachronical de Jean Vigne qui maitrise l’art de surprendre le lecteur 🙂
        Et la lecture qui m’a le plus déçue chez cette ME, c’est Omnia : Le sang des sorcières. Je n’ai même pas compris comment une telle histoire avait pu être éditée :/

      • Oui j’ai lu le premier tome. Quand je n’ai pas apprécié un livre ou que j’ai trop de négatif à dire dessus, je m’abstiens de chroniquer. Je préfère parler des ouvrages qui méritent une bonne publicité, c’est plus sain pour tout le monde 🙂
        Lake Ephemeral est vraiment excellent. C’est young adult mais franchement… Difficile de t’expliquer en quoi c’est énorme sans te spoiler. Disons simplement que j’ai ouvert le livre à reculons, je m’attendais à ne pas aimer et finalement, c’est devenu un coup de cœur.
        J’aime beaucoup ce que fait Marianne, c’est très sombre ! Mais les chroniques d’Oakwood, c’était son premier texte. Moi je l’ai découverte sur Smog of Germania et ça a été un coup de cœur, un univers très sombre, oppressant, bien mené, je trouve cette auteure talentueuse, elle a une grande richesse à offrir. Surtout si, comme moi, tu aimes les univers militaires ou tout ce qui touche à la navigation, steampunk, dans cette veine :3
        Ah tu vois Jean Vigne j’apprécie beaucoup l’auteur humainement mais j’ai pas trop accroché à Néa. J’ai lu le premier tome en papier, c’était sympa mais sans plus. Par contre j’ai la suite dans ma liseuse, j’ai profité d’une promo. Il faudra que je me lance !
        Et oui pour Omnia je comprends ton ressenti tu n’es pas la première personne à tenir ce genre de discours sur ce roman. Je n’ai pas « détesté », j’en ai parlé parce qu’il peut plaire à un certain public mais je n’étais pas ce public (du tout) et finalement, ce sont les passages dans le passé qui ont sauvé ma lecture :’) Ce qui m’a le plus énervée dans Omnia, c’est le sexisme ordinaire qu’on y trouve. Il décrit ses héroïnes en parlant de leurs beaux cheveux, de leur poitrine, tout ça, mais pour le héros, jamais… C’est agaçant, au final. Les filles ne sont pas des objets qu’on qualifie pour leur beau physique :/

      • Je comprends ton point de vue, même si je préfère être honnête sur l’ensemble de mes lectures, car c’est ce que j’attends des blogs que je suis. Et j’essaie toujours d’être juste dans mes chroniques, relever le bon comme le mauvais 🙂

        Bon, bah… C’est sûr, je lirai Lake Ephemeral un jour 😉 Merci pour ton conseil 🙂
        Ah oui, Smof of Germania est très connu, mais je ne m’y suis pas encore intéressée, je l’avoue ^^

        Bah, pour Néachronical, sans être un coup de coeur, ç’a été une bonne lecture 🙂 Il est possible que la suite te plaise, car l’auteur ne cesse de réorienter son intrigue de façon assez surprenante 😉

        Bah pour Omnia, j’ai trouvé que rien ne tenait vraiment la route, que ce soit dans le présent ou dans le passé. Il y a trop d’incohérences pour que le lecteur soit convaincu. Et oui, c’est vrai qu’il parlait beaucoup de la beauté de ses deux héroïnes, mais ce qui m’a le plus choquée, c’est la relation « atypique » qu’elles entretiennent avec Louis *-*. Franchement, ce n’était pas crédible oO

      • Ah mais je suis toujours honnête dans mes chroniques, simplement je choisis les livres dont j’ai envie de parler. Je relève le bon et le moins bon, parfois je fais une critique d’un roman que je n’ai pas aimé mais qui conviendrait à d’autre, par contre quand il y a trop de choses négatives, je préfère me taire ou discuter avec l’auteur en privé si ça l’intéresse. Je n’aime pas descendre le travail des autres :/ Puis étant auteure publiée moi aussi, c’est tendre le bâton pour se faire battre. Autant être dans la positive attitude ^_^
        Haha bah c’est limite ce qui m’a le moins gênée :’) Pourquoi pas un trio, y’a des gens IRL qui vivent très bien comme ça. Mais ça n’est pas très bien amené :/ Puis je n’aimais pas le personnage de Louis, il me rappelait un ancien ami ._. c’était mal barré pour lui dès le départ haha.

      • Encore une fois, je comprends ton point de vue 🙂 Mais le but d’une critique n’est jamais de descendre l’oeuvre d’un auteur, plutôt de relever ses défauts et ses qualités. Le plus important pour moi, c’est de se justifier. Et, même si c’est toujours difficile à entendre, il faut partir du principe que son livre ne plaira pas à tous 😉

        Ah, je ne savais pas que tu écrivais aussi et que tu étais éditée, c’est super 😉

        Oui, comme tu le dis, c’était très mal amené. En fait, personne ne se pose de questions, c’est juste : on se sent bien comme ça, pourquoi changer ? Oui, ‘fin, pour l’instant ? L’histoire dure depuis seulement 2 semaines, mais ils en sont déjà à vivre à 3…
        Je n’aimais pas non plus le personnage de Louis. En fait, aucun, car ils étaient tous stéréotypés :s

      • Je comprends totalement le tien aussi 🙂 C’est ce que j’essaie de faire, mais quand on est auteur sur le côté, on est obligé de prendre en compte la mesquinerie des gens. Pour l’avoir vécu, avec des auteurs qui sont incapables d’accepter la critique constructive et polie, je préfère mettre en avant les bons livres avec un vrai potentiel, même si aucun livre n’est parfait !

        Oui c’est un peu ça le gros souci… J’avoue que je découvrais l’auteur avec ce livre et ça ne m’a pas spécialement donné envie d’aller voir plus loin. Mais bon, tous les goûts sont dans la nature ! Par acquis de conscience j’ai été voir, sur booknode et babelio nous sommes les seules à avoir posté un avis :’)

      • Argh oui, j’ai aussi rencontré ce genre de problème avec un auteur dont j’ai chroniqué le livre. Du coup, je comprends ta décision. Mais j’estime avoir le droit de m’exprimer, tant que la critique reste constructive et polie, comme tu le dis si bien 😉
        Enfin, ça reste un débat sans fin et il n’y a pas de bonne ou de mauvaise position 🙂

        Et pourtant, d’autres de ses livres ont de bonnes notes ^^. Sur Livraddict aussi, il y a très peu d’avis, mais j’ai discuté sur le forum avec une blogueuse qui a abandonné la lecture d’Omnia avant même la moitié du livre. Et, vu le commentaire laissé sur la fiche du livre, une autre blogueuse a fait la même chose. On est quand même 4 à partager le même avis, du coup 😉

      • Oui mais c’est sympa d’en discuter et d’en débattre, même si on ne sera jamais d’accord 😛 Disons que je suis très attachée à ma tranquillité donc je m’exprime quand j’en ai envie et je ne perds pas mon temps avec ce qui à mes yeux n’en vaut pas la peine !

        Ah bah du coup ouais je comprends :/ Je ne me suis pas mise sur Livraddict (il faudrait note xD) mais c’est clair que si nous sommes plusieurs à penser la même chose, y’a un petit souci… Après bon les erreurs éditoriales, ça arrive à tout le monde et les mauvais choix aussi 🙂

      • Ah, je suis une grande fan de Livraddict, je le trouve plus ergonomique que Booknode ou Babelio (même si j’adore Babelio car c’est plus animé ;)).

        Il y a quand même un avis positif sur la fiche du livre, même s’il s’agit plus d’un résumé que d’une opinion tranchée 😉
        Et oui, c’est sûr que, parfois, ça arrive ^^ J’ai été déçue par cette lecture, mais suis vite passée à autre chose, heureusement :p.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s