Mais je fais quoi du corps? – Olivier Gay

mais je fais quoi du corps

Mais je fais quoi du corps? est le troisième tome de la série Fitz, écrite par Olivier Gay, mais qui a la particularité de proposer des tomes à lecture indépendante. Et c’est une chance parce qu’une petite voleuse m’a dérobée le tome 1 juste sous mon nez (coucou Sonia si tu passes par là :3) Cette série est publiée aux éditions du Masque en format poche au petit prix de 6.90 euros. Il s’agit de littérature contemporaine, un peu policière / action qui se déroule à Paris.

J’ai commencé à lire Olivier Gay avec son diptyque les Épées de Glace (un coup de cœur) et j’ai eu la chance de recevoir le premier tome de la Magie de Paris en service presse, un roman avec lequel j’ai passé un très bon moment. Je connaissais donc déjà l’auteur dans deux genres différents et j’avais très envie de le découvrir dans du contemporain même si, jusqu’à Ménétrol, j’ignorais qu’il en écrivait.

Cette lecture ne fait que renforcer mon impression sur Olivier Gay, à savoir que c’est un très bon auteur avec beaucoup de talent pour les intrigues et les personnages bras cassés qui sont pourtant attachants. J’ai adoré Fitz, parce qu’il n’a justement rien du héros classique ni même de l’anti-héros classique. C’est un petit dealer de coke parisien qui fait sa vie tranquillement et qui se retrouve embarqué dans des histoires qui le dépassent. Il n’est pas forcément très futé, prend de (très) mauvaises décisions (mais pas que, heureusement il a une bonne étoile !) et finalement, tout ça le rend très humain. Que ce soit sa relation avec Deb ou son ex Jessica, son amitié avec Moussah, la façon dont il s’inquiète des autres tout en réussissant à garder quelques touches de superficialité au milieu de tout ce chaos (c’est important les belles chemises quand on risque de mourir, il faut penser au légiste après hein !) c’est, je trouve, un personnage principal très réussi. Il est à la fois simple et complexe, simple parce qu’il pourrait être n’importe qui, complexe parce qu’il n’est pas juste un cliché ou un personnage fonction. Bref, il y a beaucoup à dire sur Fitz mais je vais résumer en: je l’adore !

C’est bien la force d’Olivier Gay: parvenir à nous proposer des personnages qui sont extraordinaires alors qu’on pourrait très bien les croiser au coin de la rue. Fitz n’est qu’un exemple, j’ai aimé son côté branleur qui n’a pas envie de grandir, ses prises de conscience sur sa vie, sur ses relations, et cette certitude, pourtant, qu’il ne changera pas vraiment. J’ai apprécié aussi découvrir une série où il n’est pas nécessaire de lire tous les tomes pour comprendre l’histoire. L’auteur fait, évidemment, des références aux opus précédents mais c’est léger et sans réelle incidence sur l’intrigue en cours, ce qui permet de commencer par le titre qu’on préfère et de lire totalement dans le désordre.

Dans ce roman, nous retrouvons Fitz qui est forcé de quitter un dîner de famille pour livrer un client très spécial. Pas de bol, le client en question lui a posé un lapin et il est retrouvé mort chez lui le lendemain. La thèse du suicide est dans tous les quotidiens de Paris, mais alors, pourquoi quelqu’un s’acharne-t-il sur Fitz? Est-ce lié? A quel point est-il dans la merde? Voici, en quelques mots, le pitch du roman. Je sais, ça a l’air vraiment banal comme ça, mais je me suis faite balader comme une bleue tout du long !

En bref, j’ai passé un très bon moment avec ce roman qui m’a permis de découvrir un auteur que j’apprécie beaucoup, sous un nouveau jour. J’ai hâte de le recroiser en salon pour me procurer ses autres ouvrages et je vous encourage vivement à le lire si vous ne l’avez pas encore fait. L’avantage, c’est qu’il écrit dans plusieurs genres (fantasy adulte et sombre, urban fantasy pour adolescents, roman contemporain) et qu’il y aura forcément, dans sa longue bibliographie, de quoi vous satisfaire.

Olivier Gay fait partie de ces auteurs qui laissera, je pense, une marque indélébile dans la littérature imaginaire contemporaine.

Publicités

2 réflexions sur “Mais je fais quoi du corps? – Olivier Gay

  1. Pingback: La Magie de Paris #2 le calme et la tempête – Olivier Gay | OmbreBones

  2. Pingback: Premières lignes #5 ( & #payetonauteur ! ) | OmbreBones

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s